Les non-essentiels libèrent la parole ! Follow

Les non-essentiels libèrent la parole !

@lesnonessentielsliberentlaparole

"Les non-essentiels libèrent la parole !" Cette parole que l’on n’entend jamais. Un combat pour la visibilité, pour l’émergence et l’affirmation d’une parole populaire, trop souvent malmenée, tronquée, défigurée, calomniée par une majorité de médias.

La radio a toujours été abonnée aux révolutions. Des pirates d’hier aux occupant.e.s d’aujourd’hui. En résonance constante avec les débats sociétaux du moment.

"Les non-essentiels libèrent la parole !", une émission à écouter, chaque samedi midi en direct du parvis du Grand R ; en rediffusion, le mercredi de 18h à 20h sur Graffiti Urban Radio et en podcast partout en France et ailleurs !

Social Sciences Business News
3h pour mettre le gouvernement en difficulté. C’est le temps qui aura fallu, le 10 juin dernier, aux syndicats pour démontrer au Conseil d'Etat toute l’absurdité de la réforme de l’assurance chômage. Un décret « toxique », profondément injuste et inefficace dans la lutte contre la précarité dont on vous détaille les coulisses dans ce 9e épisode des « non essentiels libèrent la parole ».
Les coulisses d'un décret toxique
Les coulisses d'un décret toxique
Quand un jeune gars vous dit qu’il vient de la rue et qu’il a trouvé un emploi, vous ne riez plus. Vous écoutez en vous disant que, décidément, Macron n'est pas sorti de la cuisse de Jupiter mais bien d'un de ces cabinets mortifères de banquiers. Quand les AESH jouent à la marelle, vous vous approchez, intrigués, et vous comprenez, qu’en réalité, elles mettent leur vie aux enchères. Là, encore, vous ne riez plus. Vous écoutez. Vous vous mobilisez !
 Fini d'rigoler !
Fini d'rigoler !
Pénicaux a mûrit, elle. Trouvant même qu’Elisabeth dépasse les Borne. Il faut dire qu’à ce jeu de grattage, les perdants de la réforme de l'assurance-chômage seront 1,15 million, dès le 1er juillet. Comme ces ex-smicards qui verront leur allocation passer de 985 à 667 euros par mois. Une sordide équation qui ne passe pas chez les occupantes qui ont mené, cette semaine, une action au pôle emploi de La Roche-sur-Yon et fait leur tournée de réouverture des « galères en bars ».
Une histoire de dingues !
Une histoire de dingues !
Occupons partout, occupons ! Et vous, c’est quoi votre 19 mai ? Pour vous, ça rouvre quoi ? Ça empêche quoi ? Ça continue de casser quoi ? Pour nous, une certitude : ce 19 mai n'épargnera en rien l'avenir bouché promis aux non-essentiels de ce pays. Ce 19 mai n'est qu'un jour de plus à lutter. Un jour de cette révolte qui vient, qui sourde, qui monte. Qui invite encore et toujours à l'occupation.
Occupons partout, occupons !
Occupons partout, occupons !
Occupation J+60. Après deux mois d’occupation, quelles conséquences de la lutte sur celles et ceux qui la mènent ? Pour quelle convergence et résultats ? Pour ce 4e numéro des « non-essentiels libèrent la parole » , retrouvez les occupant•e•s du Grand R, ce samedi 15 mai de 11h à midi, non pas en direct du parvis du Grand'R mais sur Graffiti Urban Radio.
Lutter pour soi et les autres !
Lutter pour soi et les autres !
Que valent les artistes ? Un plan de com’ pour siffler la fin de la récré. Voilà le principal objectif de la réouverture des lieux de culture, le 19 mai. Alors que, depuis 52 jours, les occupantes et les occupants du Grand R veulent juste continuer de créer, répéter, partager. En un souhait : siffler le début de la recréation !
Que valent les artistes ?
Que valent les artistes ?